Sauter la navigation

Daily Archives: janvier 14th, 2007

La Discorde. Israël-Palestine, les Juifs, la France.
Le conflit israélo-palestinien ne concerne pas que le Moyen-Orient. Si l’on s’accorde à dire qu’il est au centre des questions géostratégiques aujourd’hui, et qu’il concerne donc tout le monde, il n’en est pas moins vrai qu’il a fait irruption jusque chez nous, dans notre environnement direct. Comme le dit Elisabeth Lévy, coordinatrice de ce livre, « On ne se parle plus, on s’invective ». Cette question a en effet provoqué une césure dans certains milieux, y compris parmi les Juifs eux-mêmes.
« La Discorde » est un long dialogue entre deux représentants emblématiques de cette fracture, deux intellectuels issus de la communauté juive, et donc peu suspects d’antisémitisme, même s’ils s’opposent sur la question du sionisme. Rony Brauman, médecin, professeur à Sciences Po, ancien président de Médecins sans frontières ; et Alain Finkielkraut, philosophe, enseignant à l’Ecole Polytechnique, producteur à France-Culture.
Cinq échanges, trois en 2004, deux en 2006, dont le dernier au lendemain de la guerre du Liban. Cinq échanges sans concessions, mais toujours respectueux, sur les questions les plus actuelles, les plus délicates et les plus difficiles parfois que chacun se pose sur Israël, le sionisme, la Palestine, et leurs implications dans nos sociétés européennes, française bien sûr puisque les auteurs y sont des acteurs intellectuels importants, mais aussi, par extension, la nôtre en Belgique, où les mêmes clivages se posent.
Un livre intelligent, utile, et remarquable.

null

« « Qu’est ce que c’est que ce début ? » se demanda le typo à l’imprimerie en lisant « qu’est ce que c’est que ce début ? » Puis il haussa les épaules et continua de composer le texte. C’est ainsi que le roman commençait. »

Un petit roman par un grand romancier de l’absurde qui nous conte l’histoire d’Anan, un jeune homme frappé par la révélation de l’invalidité du Darwinisme : non, l’homme ne descend pas du singe… mais du néant ! Armé de cette implacable vérité, Anan se met à déconstruire la logique du monde qui l’entoure et finit par se retrouver à l’asile. « Ce n’est que le psychiatre et le fou qui font la folie, comme mari et femme font un ménage » … comme auteur et lecteur font un livre : roman de l’absurde, roman sur le roman, beckettien, déroutant, inclassable. Svetislav Basara pousse l’idéologie de la « raison humaine » dans ses derniers retranchements en faisant d’Anan l’adepte du désendoctrinement et en utilisant la fiction pour arme. Un livre brillant et intelligent.

Svetislav Basara
Le miroir fêlé
10/18