Sauter la navigation

Quand Moss, un ancien du vietnam, découvre par hasard deux millions de dollars dans une sacoche au milieu du désert, la tentation est forte. Voilà « toute sa vie réduite à vingt kilos de papier ». Malgré les cadavres mexicains alentours, victimes d’un règlement de compte entre nacrotrafiquants et les armes automatiques encore fumantes, il s’empare du magot. La chasse à l’homme peut commencer. Les frères Coen ne se sont pas trompés en décidant d’adapter cet excellent bouquin, un western moderne et très sombre. L’occasion pour tous de découvrir à petit prix l’écriture si particulière de Cormac McCarthy : une prose descriptive, lapidaire, rythmée par les conjonctions de coordination. Par ailleurs, l’Olivier vient de publier « La route », un roman d’un genre très différent où McCarty nous confronte avec force à la fin du monde, prix Pulitzer.

Non, ce pays ce n’est pas pour le vieil homme
Cormac McCarthy
Traduit de l’américain par François Hirsch
Points

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :