Sauter la navigation

Voilà une œuvre comme on n’en a pas croisée depuis longtemps … Rarement le thème des premiers émois d’une adolescente n’a été abordé avec autant de tact, de finesse et de sensibilité. Clémentine est une adolescente en quête d’elle-même comme il y en a tant. Sa vie bascule le jour elle rencontre Emma, une jeune fille étrange à la chevelure bleue. Un regard, une main tendue; les deux adolescentes s’intriguent, s’apprivoisent. Bientôt, la curiosité fait place au trouble. La douceur du dessin incarne à merveille la pureté des sentiments d’Emma, le fragile équilibre d’une conscience qui vacille. Poignant.

Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude, Glénat, 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :