Sauter la navigation

Monthly Archives: juillet 2019

amazonia_9782021247503_hdAvec Amazonia, c’est une nouvelle entrée dans son projet « Abracadabra » que propose Patrick Deville, éternel voyageur, en même temps qu’un retour vers ce continent qui le fascine, l’Amérique latine qu’il aura sillonnée de long en large, et qui fut déjà le décor de plusieurs fragments de ce projet littéraire qui parcourt le grand rêve européen de découvrir la planète. Ainsi de Pura Vida, ou l’histoire de William Walker, un aventurier parti avec une poignée d’hommes conquérir le Mexique au milieu du XIXème siècle, avant de s’autoproclamer Président du Nicaragua et de finir fusillé au Honduras en 1860. Ainsi encore de Viva, le Mexique des années 1930 où l’on croise les traces de Léon Trotski, de Frida Kahlo, de Malcolm Lowry.

Amazonia, c’est plus particulièrement une traversée du Brésil, d’Est en Ouest, de Belem à Iquitos, pour aboutir en Equateur et aux Galápagos. Un Brésil qui n’est que partiellement celui des Brésiliens, mais plutôt celui des voyageurs et des aventuriers, des explorateurs et des chercheurs de fortune, des écrivains et des poètes, tous ceux qui peuplent l’imaginaire des rêveurs en quête « de contrées lointaines où ne pas assouvir leurs rêves ». On y croisera donc Blaise Cendrars, Henri Michaux, Charles Darwin, Alexandre von Humboldt, Alvaro Mutis, Stefan Zweig, Werner Herzog, Jules Verne, Simon Bolivar et bien d’autres, qu’on n’a pas la place de citer ici. Et à côté d’eux, tous ces aventuriers, utopistes ou guerriers qui tentèrent de s’approprier les terres d’un continent à conquérir.

Et à nouveau, c’est ce qu’on a appelé la « méthode Deville », une forme littéraire originale, sans fiction, (sans trop de fiction) et pourtant très romanesque, au sens où toute vie peut se raconter comme un roman. Une forme littéraire, parfois au style heurté, où le récit se mêle à l’essai, les journaux intimes aux fragments d’archives, et surtout un va et vient entre le présent et le passé, entre  l’auteur et ses personnages, ceux-ci  étant souvent  hors normes, tels ceux cités plus haut, ou tels encore ces figures de l’épopée coloniale et scientifique européenne (ou occidentale), qui sont toutes au cœur du projet littéraire Abracadabra : Patrick Savorgnan de Brazza, explorateur du Congo français (Equatoria), l’entomologiste Henri Mouhot, découvreur des temples d’Angkor (Kampuchea), ou Alexandre Yersin, disciple de Pasteur ayant découvert le bacille de la peste à Hong- Kong en 1894 (Peste et Choléra).
Raconter la traversée de ces personnages parmi les hommes, c’est ainsi bien plus que raconter leur vie, c’est traverser l’histoire, éclairer le présent par le passé. Et en parcourant la planète sur les traces de ceux qui ont voulu élargir leurs horizons, rêver peut-être des vies qui ne sont pas les nôtres en réalisant, ainsi que le disait le Monde des livres, d’une formule qu’on aimerait avoir trouvée : le « ravissement de l’histoire par le roman ».
Eclairer le présent par le passé, mais aussi éclairer le passé par le présent. Questions de transmission. Cette traversée de l’Amazonie, Patrick Deville ne l’a pas faite seulement avec les êtres qui peuplent son imaginaire, mais avec son fils Pierre, vingt-neuf ans. Dans ce compagnonnage ainsi fait de découvertes partagées, y compris de ce qui les lie ou les sépare, de silences autant que d’échanges, et même de promiscuité, il y a quelque chose, sinon du passage de témoin, en tout cas de la mesure d’un temps qui passe, et qu’au-delà de celui qui lui-même était depuis longtemps le personnage central de ses romans, au milieu du tourbillon de toutes ces vies, il y a le père « qui attendait cette si fragile épiphanie ».

Publicités