Sauter la navigation

Daily Archives: août 5th, 2019

tous les hommes DuboisUn nouveau livre de Jean-Paul Dubois, c’est retrouver un compagnon de route, fin observateur de l’époque, sans illusions sur ses semblables et sur le tragique de l’existence, mais avec une légèreté qui lui permet de passer à travers tout et de garder la fidélité de ses lecteurs. Il y a une simple raison à cet attachement. De près ou de loin, qu’il soit jeune ou d’âge mur, on a l’impression que c’est le miroir de l’auteur qui parle. Bien souvent, d’un livre à l’autre, il s’appelle Paul, originaire de Toulouse, cinéphile, fasciné ou en partance pour l’Amérique, ici le Québec. On est donc en terrain connu.
Paul est en prison, à Montréal, depuis le 4 novembre 2008 le jour même de l’élection de Barack Obama. Deux ans ferme pour violences qu’on lui pardonnerait volontiers, avec pour compagnon de cellule un homme et demi qui s’est fait tatouer l’histoire de sa vie sur la peau du dos (Life is a bitch and then you die) et celle de son amour pour les Harley Davidson. Il s’agit bien d’un Hells Angel, gros dur que (Jean)-Paul décrira quand-même avec tendresse, au fil d’un récit où il alterne son quotidien en tôle avec le récit de sa propre vie. Une naissance à Toulouse d’un père pasteur, Johanes, arrivé du Danemark dans les années 60 pour épouser Anna qui tient une salle de cinéma d’art et d’essai. Ce qui nous vaut une belle évocation des films d’une époque glorieuse, bien loin de la déferlante commerciale qui occupe aujourd’hui les affiches. C’est au Québec que se déroulera la suite de l’histoire, Paul y ayant rejoint son père, pour y devenir plus tard, à Montréal, super-intendant d’un condominium. Et surtout pour y vivre un amour lumineux avec Winona, Algonquine par son père, et Nouk leur petit chien.
Tout cela finira mal, on s’en doute. Mais il y a peut-être une clef à trouver dans ce sentiment que l’on a, à lire Jean-Paul Dubois, que le Nord et sa blancheur, celle que l’on trouve aux confins de l’Amérique, ou son isolement comme ici en point final au Jutland, à la pointe nord du Danemark, sont des issues face à un monde finalement pas trop séduisant.
Jean-Paul Dubois est un écrivain doué, qui donne l’impression d’une totale facilité d’écriture, mais sans doute est-ce là le talent. Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon est un de ses livres les plus aboutis.

Editions de l’Olivier, 2019, 245 pages
Philippe Goffe