Sauter la navigation

Daily Archives: août 9th, 2019

Nancy-Huston-levres-de-pierreVoici un livre étrange, audacieux et troublant, où Nancy Huston fait le récit de ses années de formation en miroir de celles d’un dictateur, le cambodgien Pol Pot. Quel rapport, dira-t-on, entre une jeune femme blanche et bobo, souriante, et un des pires génocidaires du 20e siècle, dont les portraits sont toujours empreints du sourire légendaire des Khmers ? « Lèvres de pierre », constatera-t-elle en voyant, lors d’un séjour au Cambodge, les statues souriantes d’un roi du 12e siècle. Lèvres de pierre, lèvres de pierre, sourire radieux mais absent, bienveillant mais vide : omniprésent, de même, sur les statues du Bouddha et toutes les photos de Pol Pot. C’est alors que Nancy Huston se projettera dans les similitudes de leurs parcours respectifs. Des enfances secouées et solitaires, des adolescences ambiguës, puis la découverte du théâtre, le changement de langue, le séjour à Paris au Quartier latin, l’amour des livres, et la découverte du marxisme. Mais un marxisme dogmatique. Toujours en souriant.
L’un orchestrera le massacre de son peuple, l’autre deviendra une figure du monde littéraire et intellectuel en France. Comment devient-on alors ce que l’on est, qu’est-ce qui façonne « les chemins de la destruction et de la création », quel hasard détermine un destin ?
En exergue de son livre, Nancy Huston cite un texte d’Anne Dufourmantelle qui parle des minéraux : « …ils nous disent ce que nous sommes. C’est dans cette minéralité qu’on se retranche lorsque l’amour vous est retiré ».
Il lui a fallu cette minéralité, ces lèvres de pierre pour survivre, pour se faire. Et la littérature pour se mettre en récit.
Un texte troublant et fort.

Philippe Goffe

Lèvres de pierre, de Nancy Huston, Actes Sud, 2018