Sauter la navigation

Daily Archives: décembre 25th, 2019

Mourir-la-nuitÀ la croisée du journalisme et du policier, c’est un genre peu exploré en Belgique : la littérature du réel. Ainsi parle Pierre de Mûelenaere, l’éditeur de ce livre qui n’est pas un roman à suspense, même s’il en utilise la force narrative. Car il s’agit bien d’histoires policières dont il y est question, de celles qui feraient l’objet de deux faits-divers dans un quotidien, et dont un romancier talentueux tirerait un récit haletant. Et c’est tout l’art d’Anne-Cécile Huwart, journaliste indépendante qu’on a pu lire dans différents médias dont Le Soir et Médor, d’y être arrivée à partir de faits réels. Car tout est vrai dans ce récit, les deux crimes commis à Bruxelles en 2012, -un SDF et un bourgeois de la rue Messidor, sans rapport l’un avec l’autre, sauf qu’ils ont été commis le même jour-,  l’enquête de la Crim’ sur la piste des suspects, les témoignages des proches, la reconstitution des parcours de vie, jusqu’à l’évidence d’avoir trouvé les coupables. Et les procès.
Anne-Cécile Huart sait que très souvent, derrière les faits-divers, se racontent des trajectoires humaines douloureuses et après avoir été autorisée à suivre ces deux enquêtes du début à la fin, ce furent pour elle cinq années d’immersion dans des affaires « qui se passent à côté de chez nous », où suinte la misère humaine, et que des femmes et des hommes, ceux de la Crim’, doivent affronter et mener à terme. A ce titre, le récit est passionnant, et pour le lecteur abreuvé d’histoires policières par les romans, les films, les séries télévisées, une évidence apparaît : la réalité n’a rien à envier à la fiction. Et la littérature est partout.

Anne-Cécile Huwart : Mourir la nuit, ONLIT – Editions.

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy