Sauter la navigation

Category Archives: Policiers

Après le lancement d’une collection de policiers en format de poche (pour plus de détails, cliquer ici), Actes Sud publie ce mois les premiers volumes d’une collection en grand format consacrée au genre créé par Edgar allan Poe. Baptisée « Actes noirs », elle compte à ce jour deux volumes.
L’un d’eux, « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », vaut son pesant d’or (d’autant que le bouquin fait presque 600 pages) ! Coup d’essai, coup de maître pour l’éditeur arlésien et son auteur, Stieg Larsson.
« Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Millenium 1 » (car deux volumes poursuivront celui-ci) nous raconte l’enquête menée par Mikhael Blomkvist, un journaliste de la revue financière Millenium, pour élucider une affaire vieille de quarante ans.
Au sortir d’un procès perdu pour diffamation, Blomkvist, grand pourfendeur des magouilles et des crapules de la finance, est contacté par Henrik Vanger, un vieil industriel dont l’empire est sur le déclin. En 1966 la nièce de Vanger disparaissait purement et simplement lors d’une réunion sur l’île familiale. Quarante ans après, rongé et toujours obsédé par ce qu’il considère comme étant un meurtre jamais résolu probablement perpétré par un des membres de sa famille, il engage Blomkvist pour une durée d’un an… Celui-ci viendra séjourner sur l’île glacée du nord de la Suède et sous couvert de rédaction d’une chronique familiale, mènera son enquête au sein du clan Vanger… Mais comment résoudre un mystère dont plusieurs dizaines d’années de recherches policières et personnelles n’ont pu venir à bout ?
Haletant, sombre et magnifiquement rythmé, les « Hommes qui n’aimaient pas les femmes » de Stieg Larsson est un excellent polar et, qui plus est, une lecture idéale pour cet été.

Stieg Larrson
Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
Actes noirs – Actes Sud

Réédition en Folio Policier du roman culte de James Crumley Le dernier baiser. Première enquête du détective privé C.W Sughrue, le spécialiste des femmes fatales et des enfants fugueurs. Où il devra se démener comme un beau diable pour démêler les fils d’une embrouille mise en place dans les règles de l’art.
Tournées des bars, jolie disparue, chien alcoolo, discussions « animées », distribution de savates, longs voyages en bagnole, … tout y est ou presque ! « Les grands discours intellectuels, ca va cinq minutes, mais dans ma partie c’est encore la violence et la douleur qui paient le plus ». Pur polar.

James Crumley
Le dernier baiser
Folio

A force de fréquenter les cinémas d’art et d’essais de Los Angeles, Jonathan Gates découvre l’oeuvre perdue de Max Castle, un réalisateur allemand des années 20. Subjugué par la force des films d’épouvante de ce dernier, dont une adaptation cauchemardesque du non moins cauchemardesque roman de Conrad, Au coeur des ténèbres, il s’efforce de comprendre les techniques utilisées pour distiller la terreur et finit par comprendre que le réalisateur a caché des images dans ses films. Qui était donc Max Castle et quel but poursuivait-il ? Très vite, son enquête devient une véritable obsession…
Mêlant un sens aigu du suspense et une érudition particulièrement communicative, Roszak a fait de la conspiration des ténèbres un ravissement pour les amateurs du septième art comme pour les férus de grands livres. Fascinant !

Théodore Roszack
La conspiration des ténèbres
Livre de Poche

Masako, Yoshie, Kuniko et Yayoi peinent chaque nuit dans une usine de Tokyo. Outre les conditions particulièrement éprouvantes de ce travail à la chaîne, elles doivent faire face à des situations conjugales difficiles : maris joueur, coureur, alcoolique ou violent.

Une nuit, comme son mari lui annonce qu’il a joué et perdu au Baccara les économies d’une vie entière, Yayoi perd pied. Elle étrangle son mari. Effrayée et en désespoir de cause, elle appelle Masako. Solidaires, les quatre femmes amorcent leur descente aux enfers. Voici le point de départ du nouveau roman de Natsuo Kirino (Disparitions, 10/18).

Outre un talent évident pour la narration qui se signale notamment par un découpage en chapitres examinant tour à tour les points de vue des différents protagonistes, Kirino se démarque ici de la production ambiante (surproduction ambiante devrait-on dire) par le regard qu’elle porte sur ses personnages et leurs mobiles, un regard dur et sans concession.

A travers l’intrigue, Out déploie avec force et lucidité cette misère urbaine, cette saleté qui colle à la peau de ces femmes aux vies gâchées et aux espoirs bradés, ces sacrifiées au noms de la respectabilité et des faux-semblants sociaux. En grattant un peu cette couche de crasse, Natsuo Kirino a produit une histoire forte et dérangeante qui se déroule dans un monde où nul ne peut se vanter de la pureté de ses intentions. Désir, envie, jalousie, appât du gain, etc. Voilà les moteurs peu reluisants et néanmoins extrêmement puissants qui agitent de bout en bout ce « thriller » très noir.

Grand prix du Roman Policier au Japon et une nomination aux MWA Edgar Allan Poe Awards de 2004 qui fait d’elle le premier écrivain japonais à être sélectionné pour ce prix !

http://www.kirino-natsuo.com/

Natsuo Kirino
Out
Seuil

Actes Sud et sa collection de poche, Babel, relancent Babel Noir qui « sera enrichie d’une dizaine de nouveaux titres français par an ». »Les titres de littérature étrangère déjà publiés par Actes Sud et pouvant appartenir au genre polar et roman noir rejoindront Babel Noir pour l’enrichir de tonalités et d’intrigues venues d’ailleurs » précise l’éditeur.
Cette collection, initiée au début des années 90 s’était arretée après une vingtaine de titres. Le nouveau Babel Noir est dès à présent en librairie avec, déjà, cinq titres dont plusieurs inédits : Fausse Passe de Firmin Mussard et Terminus Plage d’Alain Wagneur ainsi que David sur ordonnance de Pascale Feroule, Festival de came de Philippe Colin-Olivier et Alger la Noire, de Maurice Attia.

Profitons-en pour jeter un petit coup de projecteur sur « Festival de came » par Philippe Colin-Olivier. Fauchés comme les blés, Costes et Bernstein, mi-détectives, mi-mercenaires sont approchés par un agent de la DEA. Celui-ci propose aux deux compères une mission destinée à piéger Bittiglione, le patron du trafic de drogue en France. Humour et rebondissements assurés.

Philippe Colin-Olivier
Festival de came
actes Sud Babel Noir

Sortie en poche du thriller de Denis Lehane qui constitua un petit événement lors de sa parution en 2003. Au large de Boston, dans les années 50, Ted Daniels et Chuck Aule, deux agents fédéraux, abordent sur l’ilôt dénommé Shutter Island pour enquêter dans un hopital psychiatrique où sont enfermés les pires psychopathes. La raison de leur présence ? Une des patientes manque l’appel… Shutter island est une plongée angoissante dans les méandres de l’esprit humain jusqu’au choc final, inattendu et surprenant. Avis aux amateurs !

Denis Lehane
Shutter island
Rivages poche

A Menphis en 1968 , le détéctive privé noir Smokey Dalton, un personnage influent dans sa communauté et ancien camarade de classe de Martin Luther King, reçoit la visite d’une jeune blanche aisée. Celle-ci veut comprendre pourquoi sa mère a légué une partie de son héritage à cet homme de couleur. Smokey va devoir affronter la partie obscure de son histoire familiale… tout en faisant face aux graves émeutes qui déchirent Menphis et qui conduisent quelques semaines plus tard à l’assassinat de Martin Luther King. Premier volume d’une trilogie, La route de tous les dangers est un excellent roman qui mêle avec brio histoire individuelle et histoire collective.

Kris Nelscott
La route de tous les dangers
Aube

Anna Heynes croit devenir folle. Elle ne reconnaît plus les visages censés lui être familiers et commence à douter de son entourage. Parallèlement, un jeune policier ambitieux, Paul Nerteaux commence à enquêter sur une série de meurtres horribles perpétrés sur des ouvrières clandestines turques. Pour l’aider, il fait appel à un ancien flic, Jean-Louis Schiffer, surnommé le Fer et le Chiffre. Ce dernier a ses entrées partout dans le quartier turc de Paris et aide Paul à trouver la vérité.
On découvre avec l’auteur les bas-fonds de la « Petite Turquie » à Paris ainsi que les hautes sphères de l’armée et de la police où le silence est d’or. Enfin, on apprend qui sont les Loups Gris et comment leur fanatisme sans borne est à la base de toute l’histoire.
Grangé nous tient en haleine avec ce roman passionnant dès la première ligne dans lequel il brosse le portrait de personnages forts qui souhaitent désespérément faire surgir LEUR vérité.

Jean-Christophe Grangé
L’empire des loups
Livre de poche

Aux éditions de la Découverte, collection « Culte Fictions » parution de A la morgue et autres histoires noires . Ce volume clôt la réédition des nouvelles de D.H. entamée en 2002 avec deux volumes publiés en 10/18 (Histoires de détective, volumes 1 et 2) et poursuivie en 2004 avec Sam Spade et autres histoires de détectives (Collection « Culte Fictions » également). Les six recueils « historiques » sortis entre 87 et 88 étaient épuisés depuis longtemps.

Les dix nouvelles publiées ici, essentiellement datées des premières années d’écriture, ne manquent certainement pas d’attrait : on y trouve des textes moins célèbres dont la tonalité est davantage sociale que purement policière. Ces textes étonneront donc par leur originalité même si on y trouve déjà les fameuses caractéristiques de la « Hard boiled school » , l’école littéraire des « durs à cuire » : scènes réalistes et vrais dialogues de rue.

Dashiell Hammett
A la morgue…
La découverte

Dans le Londres des Swinging sixties, Harry Starks, gangster sans peurs mais bourré de reproches, Mad Harry pour les intimes du Milieu, se laisse découvrir à travers les récits de cinq personnages hauts en couleur qui croisent malencontreusement – pour eux – son chemin. Rackets, drogue, chantages, extorsions, combines, arnaques en tous genres : voilà le business de Harry Starks et de son gang.

Monté comme une longue suite de cinq nouvelles, Crime Unlimited balance le lecteur dans l’ambiance particulière du Londres mal famé des sixties. Description magistrale d’une époque en pleine mutation qui voit passer les mods et les hippies. C’est que l’ambiance chez Jake Arnott compte autant, sinon plus ici, que l’intrigue. On notera ce délectable passage où deux seconds couteaux de Harry, vendus aux flics lors d’un braquage, parviennent à s’en sortir grâce à l’hystérie que provoquent les Stones à Heathrow, au retour d’une tournée aux States. Crime unlimited se balade de bars en boites, de boites en parties fines, de bastons en poursuites de bagnoles !

Crime unlimited est le premier volet d’une trilogie consacrée à la pègre londonienne qui se poursuit avec Crime song, la ballade de Billy Porter , paru en grand format en 2003 (Ed. du Marais). Le troisième volume, True crime, l’ombre de Harry Starks , vient de paraître en grand format aux éditions du Marais. Trois romans liés mais indépendants, des Swinging sixties à nos jours. De futurs classiques.

Jake Arnott
Crime unlimited
10/18